Vous êtes ici

L’intelligence territoriale : un investissement d’avenir !

Patricia OVADIA, consultante spécialisée dans le marketing et le développement des territoires.

« La crise nous a appauvris. La compétition internationale s’étend à de nouveaux domaines, comme l’enseignement supérieur et la recherche. Dans l’industrie, de nouveaux acteurs émergent y compris dans les secteurs où l’Europe détient des positions d’excellence, comme l’aéronautique ». Ces quelques mots ouvraient l’introduction du rapport de la Commission Juppé Rocard sur le Grand Emprunt. Nous étions en 2009. Les choses ont-elles évolué en 6 ans ?

Sans aucun doute. La crise a porté à son paroxysme les tensions concurrentielles : elle a donc radicalisé les enjeux d’innovation pour les entreprises, ce qui a fortement impacté les territoires.

La France compte, à elle seule, le tiers des structures territoriales de l’Europe. Nous maîtrisons à la perfection l’art d’empiler…

Mais combien d’emplois créons-nous ainsi ? Pourrons-nous continuer longtemps à superposer les stratégies, schémas, structures, agences, commissions, comités, ou accepterons-nous l’idée que l’intelligence économique territoriale implique aussi un « choc de simplification » ?

Il y a urgence. Car si les pôles de compétitivité sont devenus des acteurs incontournables, les PME régionales peinent à s’y intégrer décisivement et à en être de véritables acteurs. Les grandes entreprises parviennent à tirer leur épingle du jeu. Mais ce n’est pas suffisant.

Ne faudra-t-il pas réinventer la relation entreprise-territoire, et, de fait, promouvoir une véritable politique territoriale de l’entreprise ? Créer une véritable alliance stratégique entreprises-territoires. Décloisonner pour mettre un terme au fonctionnement en silo et passer en mode réseau. Repenser le modèle de développement français construit sur une polarisation de l’espace national ? Renforcer l’implication des leaders industriels dans le financement de l’innovation ? Quel serait l’apport du déploiement d’un véritable Master Plan ? L’économie verte, la Silver Economy peuvent-elles apporter des réponses sur le long terme ? Comment rationaliser la gouvernance, les financements ? Comment définir l’attractivité ? Pour développer quels partenariats ? Et dans quel environnement normatif ? La spécialisation est-elle une réponse ? Comment injecter une culture de l’entrepreneuriat pérenne ?

Lors d’un colloque organisé l’année dernière par l’ACSE et l’INHESJ, le Préfet Michel Guillot, Directeur du pôle territorial du Commissariat Général à l’Investissement (CGI), dénonçait l’esprit de clocher et se demandait comment nous pourrions transcender le syndrome des tribus gauloises… Nous avons toutes les pièces d’un puzzle que nous ne parvenons pas à assembler.

Qu’est ce que l’intelligence territoriale si ce n’est la capacité d’un territoire à anticiper les changements socioéconomiques et à gérer les conséquences qui en découlent pour générer des politiques et des innovations qui en feront un centre de compétences et un élément clef de la compétitivité des entreprises qui y sont établies ? L’intelligence territoriale est la transposition au niveau d’un territoire des avantages que retirent les entreprises de l’intelligence économique. 

Changeons la manière de penser les politiques publiques. Dans les documents de politique régionale, les politiques sont sectorielles et l’innovation est traitée comme un champ indépendant. Si l’on veut encourager une politique d’innovation transversale, notre gage de survie, il faut repenser la manière d’élaborer et de financer. Mais il ne s’agit pas d’ajouter une énième mesure ou programme.

Les smart cities essaient d’offrir une vision plus intégrée de la vie sociale. Nous pourrions essayer de penser des smart régions

Mais, « il n’est de richesses que d’hommes »… et l’ensemble des acteurs de nos régions devra parvenir à se mobiliser, à partager une vision, à dépasser des intérêts individuels au profit de l’intérêt général, pour répondre aux grands défis auxquels nous sommes confrontés. Alors, il faut poursuivre à installer une dynamique s’inscrivant dans l’esprit des Investissements d’avenir, car ils sont plus que jamais nécessaires pour ne pas se laisser écraser par la tyrannie du court terme…

Patricia OVADIA, consultante spécialisée dans le marketing et le développement des territoires.

Catégorie: